fbpx

Expérience collaborateur : 5 actions qui font vraiment la différence

experience-collaborateur-entreprise
Par

L’expérience collaborateur fait partie des priorités des responsables RH : 62% la considèrent comme une question stratégique de long terme. Même si le concept est entré dans le vocabulaire RH, la mise en place d’actions concrètes n’est pourtant pas si simple. En effet, l’expérience collaborateur regroupe toutes les interactions vécues par le salarié au sein de l’entreprise. Un champs d’application plutôt large ! Mais quelles sont les vraies attentes des salariés ? Quelles actions apportent vraiment un plus à leur quotidien ? Top 5 des actions pour une expérience collaborateur engageante.

Un environnement de travail inspirant 

83% des Millennials perçoivent l’environnement de travail comme un élément clé de leur productivité. Et pour 89% des salariés, l’espace de travai, particulièrement, influence leur “plaisir à venir travailler”. Celui-ci doit donc être pensé comme un parcours utilisateur : ergonomique, ludique, intuitif favorisant l’échange, le partage et la créativité. Comment faire ? D’abord, repensez vos espaces : locaux, mobilier, décoration… Sans oublier d’ajuster votre rapport au temps de travail en offrant plus de flexibilité : du télétravail et moins d’horaires fixes. C’est aussi une forme de confiance et d’autonomie qui participent à l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Une culture d’entreprise fondée sur la reconnaissance 

52 % des salariés pensent que leurs compétences ne sont pas reconnues. Dommage quand on sait que 81% sont davantage motivés lorsque leur manager manifeste de la reconnaissance. Pour cela, transformez votre culture d’entreprise en infusant plus de reconnaissance individuelle et collective. Des pratiques telles les feedbacks sont très pertinentes… à condition que ces moments d’échanges soient réguliers et moins formels qu’un entretien classique. De même, la valorisation des efforts ou du potentiel  versus celle du résultat compte beaucoup dans la motivation. Cette transformation ne peut s’opérer sans la mise en place d’une nouvelle posture managériale proche de celle du coach. Rappelons-le, 70% de la variation de l’engagement s’explique par les managers ! 

Une meilleure gestion des demandes RH

Une mauvaise prise en charge des services administratifs et RH demeure un des “irritants” majeurs des salariés. En effet, une lenteur dans la gestion de la paie ou des demandes de congés/RTT, du retard dans le remboursement des notes de frais ou encore des demandes de formation sans réponses sont aujourd’hui inadmissibles.

La “symétrie des attentions” se conçoit aussi pour les collaborateurs via à une expérience utilisateur simplifiée : un processus de gestion des demandes efficace et un temps de réponse limité. La mise à disposition d’une plateforme digitale RH dédié aux collaborateurs facilite la gestion des démarches et personnalise la relation aux salariés. Certaines entreprises ont même lancé des applications ou des “chatbot” RH. Orange dispose d’un panel d’applications disponibles pour les salariés du groupe adressant les principales demandes RH.

Une organisation plus souple et collaborative 

65 % des Millennials estiment que les méthodes de travail traditionnelles les empêchent de développer leur potentiel ! C’est pourquoi de nouvelles formes de travail, plus horizontales, émergent et dépoussièrent les organisations pyramidales et peu flexibles. Leurs avantages ? Favoriser l’autonomie et la responsabilisation individuelle, lisser les échelons hiérarchiques et encourager la concertation. Danone, La Camif ou encore Biocoop en sont les précurseurs.

D’ailleurs, les entreprises les mieux notées sur Glassdoor sont celles qui ont pris cette voie : Azalead, entreprise de logiciels et services marketing, notée 4,9/5, a mis en place un management horizontal. Sans entrer dans une démarche de réorganisation, vous pouvez tout à fait lancer de nouveaux modes de collaboration qui encouragent la prise d’initiatives et la créativité :  intrapreneuriat, mécénat de compétences, pôle d’innovation, auto-gestion des équipes… 

Une communication interne plus transparente 

À l’heure des réseaux sociaux et du web, les salariés exigent plus de transparence de la part de leur employeur. En effet, la communication trop lissée et descendante ne fonctionne plus. Ce qu’ils souhaitent ? 

  • Plus de transversalité. L’idée est de casser les silos internes grâce à la mise en place d’outils digitaux tels qu’un RSE (réseau social d’entreprise), les chats tels que slack ou Skype ou les outils collaboratifs pour accélérer le partage d’idées. C’est également le moyen d’installer une communication plus participative. C’est d’ailleurs une attente forte des collaborateurs :

90% des collaborateurs estiment qu’ils devraient être consultés dans l’élaboration de la stratégie de leur entreprise.


 Selon l’étude BVA-bluenove décembre 2018 intitulée Baromètre sur l’intelligence collective massive : où en sont les entreprises ?  

Ainsi, ENGIE, via le projet IMAGINE 2030, a lancé une grande consultation interne auprès de 150 000 salariés pour imaginer le groupe à 10 ans. 

  • Plus d’information directe. Une exemple intéressant : Véolia, retransmet en live les réunions du CODIR afin de communiquer sur les choix stratégiques à venir. 

Pour améliorer l’expérience collaborateur il faut donc agir sur les principaux moments de sa vie professionnelle : recrutement, intégration (onboarding), environnement de travail, évolution, interactions quotidiennes en équipe…! Ainsi, l’expérience collaborateur est directement liée à l’expérience candidat, en connaissez vous les bonnes pratiques ? Découvrez notre article sur les « do » et les « don’t » de l’expérience candidat!