fbpx

Sourcing et message d'accroche : 3 erreurs à éviter et un modèle!

Sourcing Linkedin
Par

Vous recevez des candidatures copiées-collées. Souvent. Désagréable, non? Pourtant, vous avez déjà envoyé pendant votre sourcing un premier message de contact “générique” à un candidat, pensant gagner du temps. En réalité, vous en perdez! Nos conseils avisés pour transformer un simple profil en candidat motivé.

Dans leur sourcing, les recruteurs AUSSI font des copiés-collés, même sur les réseaux sociaux

Il paraît que 64% des informations actuellement publiées sur internet sont du copié-collé. Il paraît aussi que chaque minute, 49.380 photos sont postées sur Instagram, 473.000 tweets et 13 millions de SMS sont envoyés. Par exemple.

Les recruteurs eux aussi génèrent une certaine quantité de données : pour diffuser leurs offres d’emploi ou contacter leurs candidats. Par exemple. Et ils pensent sûrement que tout cela va passer inaperçu. Tout comme les candidats, qui envoient des CV en masse, avec des lettres de motivation elles aussi copiées-collées. Mais une question : vous aimez ça, vous, les candidatures-types?…

Un message d’approche directe au hasard : le jeu des 3 erreurs

Prenons un message d’approche directe, et donc de premier contact, au hasard… Roulement de tambours… Virginie. Recruteuse digitale d’une plateforme de recrutement qui rapproche vraiment les entreprises et les candidats – c’est leur slogan. Elle m’a contactée cette année. On n’a pas pu résister à l’idée de garder le mail, un classique du genre.

De : Virginie de [texte flouté] Date : 13 avril 2018 à 10:03 Objet : Nous recrutons à Grenoble Bonjour, Nous nous permettons de vous contacter car nos clients recrutent à Grenoble. Si l'une de leurs offres est susceptible de vous intéresser, vous pouvez y postuler directement sur ce lien. Dans le cas contraire nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée. Si vous connaissez quelqu'un pouvant être intéressé par cette offre n'hésitez pas à lui faire suivre ce mail. Pour être sûr de recevoir les offres d'emplois qui vous correspondent, vous pouvez vous inscrire ici Pour faciliter votre candidature un bon CV est indispensable; notre partenaire vous aide à créer le CV qui vous ressemble. Cordialement L'équipe de [lien flouté] (4020 postes à pourvoir) Si vous ne souhaitez plus recevoir nos emails cliquez ici

On ne sait pas vous, mais nous, on a trouvé 3 grosses erreurs. On vous laisse vous faire votre propre liste, et on y revient juste après ces questions à notre sourceuse digitale.

Les conseils de Camille Travers, experte en sourcing sur les réseaux sociaux et en approche directe

Camille mène des recrutements sur les réseaux sociaux cinq jours sur sept pour ses clients, et elle y approchait directement les profils en veille bien avant la création de l’agence Trois virgule cinq, en 2010. Elle vous livre ici en quelques mots ses bonnes pratiques.

Quels sont les enjeux de bien réussir cette étape?

Camille Travers, experte en recrutement 2.0
Camille Travers, experte en recrutement 2.0

Soigner vos messages de recrutement est primordial pour obtenir des retours intéressants des profils contactés. Cette première prise de contact va déterminer la transformation d’un profil en candidat ou non. C’est donc un enjeu fort du sourcing. Cette première approche est aussi le reflet de votre marque employeur. Vous n’aurez pas de deuxième chance. Le profil contacté va se faire une idée sur vous et votre entreprise suite à ce message, même s’il ira aussi glaner des informations sur votre profil personnel et votre page entreprise sur LinkedIn.

Selon toi, quelles sont les pires erreurs que les recruteurs font quand ils envoient un message d’accroche à un candidat sur LinkedIn?

L’erreur des recruteurs est de vouloir gagner du temps en envoyant de manière systématique un même message à tous les profils sélectionnés. Je pense que cela nuit à l’image de l’entreprise, car on détecte facilement que le message est un message générique transmis à tous. Cela vous fait perdre du temps au contraire, car des personnes qui auraient pu se reconnaître dans cette opportunité ne vont pas vous répondre, vu que le message sera trop stéréotypé ou mal orienté pour leur donner envie. Il faut bien garder en tête que la plupart des personnes contactées sont en poste, et ne répondront que si le message leur donne envie d’en savoir plus.

Comment rédiges-tu tes messages d’accroche de ton côté alors?

Je fais une sorte de teasing pour donner envie! Je veux que le candidat se dise « tiens, cela pourrait être intéressant, je vais l’appeler pour en savoir plus »! Pour cela, il est nécessaire non seulement d’adapter son message au profil, mais aussi de définir en quelques mots l’opportunité pour ce profil. Je vais donc prendre le temps de présenter l’opportunité sous des angles différents en fonction des profils. Pour ça, il faut comprendre et analyser le profil, déceler entre les lignes de sa présentation ce que pourrait être une opportunité professionnelle pour telle ou telle personne. Cela permet de gagner en efficacité et d’augmenter son ratio prise de contact/réponse de candidats.

Et au niveau du discours, tu t’y prends comment?

Je conserve un ton adapté à celui que j’utilise dans mon parcours de recrutement et ne cherche pas forcément à être plus « cool » ou à trop « vendre » mon poste. Je pense que les candidats potentiels s’attachent plus au fond qu’à la forme.  Par ailleurs, je veux proposer des candidats qui vont intégrer l’entreprise sur du long terme donc survendre un poste n’est pas gagnant sur du long terme. La transparence du discours permet au candidat de vous faire confiance et d’avoir une réflexion avec toutes les informations pour se positionner.

Les 3 règles d’or pour un premier contact efficace et donc un sourcing gagnant

On ne va pas se mentir, vous l’aurez compris, on en retient trois erreurs principales, et votre inconscient sait déjà au fond ce qu’on va vous dire. Cette démarche conversationnelle dont nous parle Camille est une démarche basée sur le qualitatif plus que sur le quantitatif. Pour jouer le rôle de démarrage d’une vraie relation professionnelle, votre message doit donc respecter trois règles d’or.

Le message, vous personnaliserez. Un “Bonjour Untel” ne suffit pas. Votre futur potentiel candidat doit avoir la certitude que vous avez bien lu son profil et que l’offre que vous lui proposez lui convient spécifiquement. Vous devez lui prouver rapidement que vous avez fait votre travail, et que vous ne lui faites pas perdre son temps. Filtrez donc ostentatoirement l’information et faites référence à des éléments de son CV, pour lui montrer votre pertinence et le valoriser, en lui laissant entendre ce qui vous a donné envie de le contacter lui et pas un autre.

Les informations concrètes, vous préciserez. Parce que “un poste à Grenoble”, à trouver parmi 4.020 offres d’emploi, c’est un peu le principe d’une aiguille dans une botte de foin, et que votre interlocuteur n’a aucun intérêt à passer 3 heures sur votre site pour l’éventualité d’un poste pertinent. N’insistez pas, il n’en a pas, à moins d’être un OVNI, ou plus probablement… mauvais. Donc apportez un maximum d’informations : l’entreprise ou à défaut le secteur, le type de poste, le nom d’un interlocuteur et ses coordonnées pour en savoir plus rapidement.

La relation, vous chercherez à valoriser. Vous n’obtiendrez pas d’un inconnu qu’il passe du temps à cliquer sur vos liens si vous ne lui avez pas donné envie de le faire. Travailler la relation, ça veut dire adapter son message au stade de maturité de l’échange : commencez en douceur pour donner envie au candidat d’en savoir plus, et évitez de demander un service – comme faire suivre l’annonce à la terre entière – à quelqu’un que vous ne connaissez pas.

Un message-type de premier contact est nécessairement un message à trous!

Allez, on est sympas, on va vous donner un exemple pour LinkedIn, qui va vous servir également de grille pour vos autres messages, notamment emails. Les messages LinkedIn sont d’excellents exercices de synthèse, car ils n’autorisent que 300 caractères :

Bonjour ____(prénom),
Nous cherchons un ______ (titre du poste) pour un CDI basé à ___(ville) chez _____ (entreprise, ou secteur).
Votre profil m’intéresse, notamment _____(préciser l’élément du CV qui a retenu votre attention).
A votre disposition pour en discuter.
Contact et n° de téléphone.

Ce modèle vous permet de rester en-dessous des 300 caractères, et si vous avez un doute, saisissez tout simplement directement dans le formulaire votre message. Pour l’adapter à un mail, il vous suffira de l’étoffer et de donner plus d’informations pertinentes encore.

Et après le premier message de recrutement… Faut-il relancer?

Non. Et oui. Cela dépend de la réaction de votre interlocuteur. S’il ne vous répond pas, et donc s’il ne vous ajoute pas à ses contacts LinkedIn, c’est fini pour vous. Inutile d’insister, vous n’avez plus la main. Au lieu de chercher un moyen – qui existe bien techniquement, mais qui relève du domaine du spam et donc très malvenu – d’annuler votre invitation pour en renvoyer une, demandez-vous pourquoi cette non-réponse. Il y a aussi toujours un risque que le candidat ne soit pas notifié et n’ai jamais lu votre message. C’est le jeu! Mais s’il n’a pas indiqué ses coordonnées, c’est qu’il ne souhaite tout simplement pas être contacté. Heureusement, le sourcing via LinkedIn est loin d’être la seule méthode de recrutement.

S’il répond à votre invitation sans répondre à votre message, la relance est de rigueur. On vous recommande donc le process suivant :

  1. Identification du profil
  2. Invitation par message personnalisé
  3. Acceptation du contact
  4. Remerciement pour l’acceptation avec plus d’informations – vous n’avez plus de limite de caractères
  5. Éventuellement d’autres relances, si et seulement si le message a été lu – dans ce cas vous voyez une minuscule bulle avec la photo de votre contact apparaître sous votre message, à droite

Vous êtes maintenant prêt(e) pour écrire votre message totalement unique, à adapter au cas par cas. Vous voulez nous l’envoyer pour avoir un avis extérieur? On répondra à toutes les demandes, promis.

On en parle?